Le monument aux morts

L'historique de la construction

Le 26 décembre 1919, le Préfet adresse un courrier aux Maires du département les informant que des subventions seront accordées aux communes en proportion de l'effort et des sacrifices qu'elles feront pour glorifier les héros morts pour la Patrie.

La commune décide de faire ériger un monument aux morts près de l'église au centre du village. Un décret du Président de la République en date du 15 décembre 1920 officialise cette décision.

Un marché est passé par A. GERZAGUET de Nogent. Le monument devra être posé, au plus tard, pour fin juin 1920 comme l'indique le document ci-après. Le coût sera de 6 000 Francs.

Un acompte de 2 400 F est versé le 27 mars 1920 à M. GERZAGUET.

Le 1er mai 1920, le Préfet informe le Maire qu'un crédit de 2 100 F est accordé pour l'érection de ce monument.

Le Maire sollicite alors le concours des habitants pour pouvoir mener à bien l'érection de ce monument. Chacun est invité à déposer une offrande en fonction de ses ressources.

Ce monument a donc été financé par l'Etat, les habitants de Mandres et la Commune.

La composition du monument

Ce monument est fait en pierre dure.

Il est constitué d’une semelle, d’une marche, d’un socle et d’un fût sur lequel se trouve la statue d’un soldat représentant la France et un drapeau décernant des lauriers.

Le soldat porte un casque. Il tient dans sa main gauche un fusil,

et dans sa main droite, un bouclier sur lequel l'inscription fait référence à la guerre de 14-18 et à la bataille de Verdun de 1916.

 

Les inscriptions

Les noms des personnes mortes pour la France ont été gravés en lettres dorées sur des plaques de marbre.

La face avant :

Les côtés :

  

Le coût de ces gravures :

 

 

Les photos

Le monument dans les années 30 : Il était entouré d'une grille en bronze recouverte d'une couche de vernis.

Le monument aujourd'hui : La grille a été demontée en raison de sa détérioration.

Le monument aux morts

 

Date de dernière mise à jour : 12/05/2016